?

La chirurgie dentaire

On a préparé un tableau des interventions de chirurgie dentaire les plus fréquentes afin de vous aider à comprendre les expressions situées dans la proposition de traitement.

  1. la téchnique PRF (Platelet Rich Fibrin)
  2. l’extraction de dent
  3. la résection, l’amputation de l’apex
  4. sinus lift, la substitution de l’os
  5. les matériaux de la substitution de l’os
  6. les membranes de chirurgie dentaire
  7. les suturales

1. La téchnique PRF (Platelet Rich Fibrin)

La méthode PRF (Platelet Rich Fibrin) a été développée en 2001 par le Dr Joseph Choukroun (chirurgien, anesthésiste, expert de la douleur). La technique PRF est l’un des moyens les plus efficaces qui aident la cicatrisation rapide en utilisant les propres globules blancs, les facteurs de croissance et les cytokines du sang du patient. Pendant la procédure (processus pour PRF), le sang est prélevé chez le patient et centrifugé avec une centrifuge PRF à basse vitesse. Le résultat du processus de coagulation naturel est un caillot de fibrine riche en globules blancs (leucocyte) et des facteurs de croissance (growth factors) et qui a un rôle matrice extracellulaire. La matrice extracellulaire aide la formation des nouveaux vaisseaux sanguins et ainsi que d’un nouveau système vasculaire, maintient la plaie humide et continuellement mais lentement libère les facteurs de croissance, les cytokines nécessaires à la cicatrisation.

Au cours de ses recherches, le Dr Choukroun et son équipe ont mis au point le protocole A-PRF (Advanced PRF) et I-PRF (Injectable PRF). A partir de l’A-PRF, nous pouvons fabriquer une membrane « en forme de feuille » (membrane protectrice de type gel) pour « envelopper » la plaie, c’est un caillot de fibrine gélatineuse dense. L’I-PRF est une fibrine liquide plus mince qui peut être aspirée dans la seringue pour que nous puissions «arroser» la zone chirurgicale ou l’os. I-PRF a un grand nombre de cellules souches mésenchymateuses.

Les deux protocoles peuvent être utilisés séparément, mais peuvent également être combinés dans une intervention chirurgicale majeure comme un comblement osseux ou un sinus lift. Dans ce cas, A-PRF est utilisé comme une membrane pour protéger la plaie, et I-PRF est mélangé avec le matériau de comblement osseux. En mélangeant le caillot de fibrine et le matériau de comblement osseux, on obtient un os collant (sticky bone), très facile à utiliser, doser, qui peut être «collé» à la zone de comblement osseux qui facilite le travail du chirurgien.

Avantages de l’utilisation:

  • A un effet analgésique, la douleur est presque complètement éliminée après le premier jour.
  • Après la chirurgie, aucun antibiotique n’est nécessaire car le caillot de fibrine est riche en globules blancs qui réduient le risque d’infection.
  • Le caillot de fibrine maintient l’humidité de la plaie et favorise l’angiogenèse qui est très important pour la bonne cicatrisation et la formation osseuse.
  • La procédure peut également être utilisée chez les patients qui prennent des anticoagulants, mais dans ce cas, le caillot de fibrine se développe un peu plus lentement, quelques minutes plus tard.

Quand est-t-elle, la téchnique PRF est conseillée?

  • Dans le cas d’une chirugie bucco-dentaire, par exemple: extraction dentaire, implantation, sinus lift, comblement osseux, résection apicale, etc.
  • Dans le cas de traitements parodontaux, par exemple: nettoyage des taches parodontales, curettage ouvert ou fermé, ablation de graft de tissu conjonctif, chirugie gingivalee, technique tunnel, etc.

2. L’extraction de dent

Le traitement ne finit par l’extraction de dent que dans le cas où l’on ne peut pas la sauver avec des méthodes techniques conservatrices (dévitalisation, obturation, implant) comme l’endommagement est trop grand ou il apparaît une inflammation parodontale qui ne permet pas l’installation de couronne ni obturation. L’élimination des dents se passe avec un simple clamp dans le cadre d’une intervention chirurgicale dentaire ou par voie de l’opération. Dans ce cas-là, on élimine la dent et les racines puis on ferme la gencive par les suturales. L’extraction s’effectue dans le cas des deuxièmes prémolaires, les dents de sagesse impactées, les dents cassées sous la gencive (p. ex. la couronne de dent dévitalisée se casse en croquant ou lors d’un accident). On dissèque la dent, donc on sépare les différentes racines de dent et on les élimine séparément.

L’élimination des dents situées dans le palais ou dans les sinus et celle des dents de sagesse non impactées, ce sont des interventions plus graves. Il faut appliquer les suturales et 10 jours après, il est idéal de les enlever. Dans la plupart des cas, le médecin vous administre les antibiotiques et les médicaments contre la douleur.

PLUS D’INFORMATION

3. La résection

Au cas où plusieurs traitements de racines ne réussissent pas en 100%, l’aiguille se casse dans le canal dentaire ou la racine est très courbée, ils se forment sur l’apex l’inflammation chronique, la poche purulente ou le kyste. Au cours de la résection, on coupe un lobe dans la gencive, on fore un trou dans la mâchoire et on coupe et élimine l’apex contaminé. En fait, la résection signifie l’élimination de l’apex et le nettoyage de son milieu. Avec cette intervention, on donne une dernière chance à la dent avant l’extraction, et en général on peut sauver la dent. Le traitement s’effectue suivi d’une anesthésie locale ou en dentisterie sédative (sédation consciente). La coupure est couverte de suturales qui doivent être enlevées 10 jours après. Le temps de guérison total est de 6 à 12 mois. Un mois sur 6, il faut prendre une radiographie panoramique et on ne peut vérifier le résultat final que dans 2 à 3 ans.

PLUS D’INFORMATION

 

4. Sinus lift

Il arrive que les dents de la mâchoire derrière perdent leur quantité d’os suite à une inflammation, à une infection ou à une maladie parodontale. Après l’édentation, il ne reste que de 3 à 5 mm de niveau d’os et le plus petit implant mesure de 7 mm. Pour effectuer l’implantation, il faut reconstruire l’os, il faut « augmenter le taux » de la mâchoire. Le sinus lift est un processus chirurgical au cours duquel on fait passer de la matière d’ossification dans le sinus, dans le domaine des prémolaires entre l’os de la mâchoire et la membrane couvrante le sinus. Cette intervention s’appelle l’augmentation de sinus. Dû à cela, la base du sinus augmente d’où la nomination anglaise « lift ». La matière d’ossification stimule l’ossification et comme on lève le niveau de la mâchoire verticalement et horizontalement, on permet l’implantation d’au-delà de 7 mm. L’intervention est accessible en dentisterie sédative (sédation consciente).

PLUS D’INFORMATION

 

5. Les substitutions osseuses

Suite à l’extraction ou à certains infections, la quantité de l’os peut radicalement s’abaisser. Si dans ce cas on voudrait l’implanter, on nécessite une intervention appelée le remplacement dentaire au cours de laquelle on augmente la largeur et également la longueur de l’os. Après l’intervention, le patient prévoit une période de guérison d’au moins 6 mois. Pendant ce temps, le mélange de l’os implanté et humain se transforme en nouvel os ainsi devient-il convenable à l’implantation.

  • les substitutions osseuses Carbone

La matière Cerabone® granulate bovin est un des produits les plus populaires de l’entreprise Botiss biomaterials. Dû à sa superficie hydrophile et à ses caractéristiques spéciales, il ressemble bien à l’os humain. Traité à 1200°C, totalement sécuritaire et stérile, fixable sur une surface rude, il est facile à manier. Il garantit l’ossification rapide, ne produit pas de rejet.

Fabriqué par Mebios GmbH Dieburg, Allemagne, distribution: Botiss Dental GmbH Berlin, Allemagne

  • Sinoss Fleece régénérateur dentaire collagène

Développé pour le traitement des soins de plaies sur les tissus mous, c’est un feutre collagène natif très efficace, facilement gérable et il a un effet hémostatique. Il protège la plaie, accélère la réépithélisation et la guérison plus sécuritaire.

Fabriqué par Medichema, Allemagne, distribution: Novadento, Allemagne

PLUS D’INFORMATION

 

6. La membrane

Lors des substitutions osseuses, le dentiste développe la nouvelle dent avec un mélange propre et artificiel d’os. Pour diriger la construction de l’os, on fixe la substitution à l’aide des membranes. On peut imaginer ce processus comme la construction d’une maison: pour construire de nouveaux murs contre les anciens, il faut les attacher bien fortement. Cela se passe dans la bouche aussi. Il faut stablement attacher les deux couches pendant la guérison. Il y existe plusieurs membranes: les membranes résorbables qui s’absorbent progressivement et lentement sous la gencive après l’opération, donc une deuxième opération n’est pas nécessaire pour les enlever. L’autre type est la membrane non résorbable. On l’applique quand le manque de l’os est si intense qu’on doit ajouter une membrane de maille de titane renforcé pour stabiliser les granules osseuses pendant la guérison. Après 6 à 8 mois, il faut enlever cette membrane et après on peut implanter dans l’os nouvellement développé. On travaille dans notre cabinet avec la membrane produite par l’entreprise espagnole B Braun Surgical S.A qui est une membrane résorbable, facilement convertible selon les spécificités.

PLUS D’INFORMATION

 

7. Les suturales

En ce qui concerne la guérison, c’est primordial quelles suturales on utilise. Après une substitution dentaire, on a besoin des suturales flexibles qui sont capables de maintenir la gencive. Il faut en mentionner deux types: les résorbables qui s’absorbent après l’opération pendant quelques jours en se déchirant et en se rejetant. L’autre type sont les non résorbables, de fins mono filaments très durables. On peut les enlever après la guérison d’une manière programmée. C’est un type plus cher mais plus fiable. Dans notre clinique, on opère avec Dafilon type 4/0, 3/0 fabriqué par B Braun Surgical S.A. à cause de sa fiabilité et sa stabilité. Il est conseillé de les enlever après 10 jours de cicatrisation.

PLUS D’INFORMATION

 

DEMANDER UNE CONSULTATION